Faire émerger les besoins des citoyens

L’objectif de cette première étape est de faire une enquête Solucracy pour collecter les besoins des habitants du territoire.

Nous souhaitons faire un pied de nez au tout numérique et nous concentrer sur les rencontres

Nous pensons qu'à l'échelle d'un village, d'un quartier ou d'une ville moyenne, le numérique n'est pas la clé pour impulser une dynamique citoyenne. Au contraire, c'est l'échange entre deux personnes qui peut créer la motivation pour s'impliquer dans des projets qu'on peut voir évoluer tous les jours. 

Mais les rencontres ont un prix : c'est plus de temps et d'énergie !

Aller à la rencontre des habitants, sans attendre qu'ils répondent à votre étude ou à vos questions via un formulaire à retourner à la mairie, nécessite un investissement. C'est plus de temps et d'énergie, mais les résultats sont nettement plus probants : vous pouvez toucher des personnes qui ont envie de s'impliquer mais qui n'ont jamais osé ou qui se sont isolées. L'objectif est d'abord de recréer du lien avec eux.

Lancer une nouvelle dynamique citoyenne positive grâce à Solucracy 

Il est bien connu qu'aller à la rencontre des habitants n'est pas toujours synonyme d'échanges heureux. C'est pour cette raison que Solucracy s'appuie sur une méthode inspirée de la psychologie positive - la démarche appréciative - qui construit en mettant en lumière les forces du territoire plutôt que leurs problèmes. 

Le résultat ? Des citoyens répondant à l'enquête sont dans une posture positive, ils valorisent ce qu'il y a de bien et se concentrent sur le positif et sur le collectif, plutôt que de revendiquer des problèmes individuels.

L'enquête Solucracy, 4 questions simples et directes 

Pour éviter les questionnaires à rallonge, Solucracy se base sur 4 questions. 2min d'échange au minimum.

1. Qu’est-ce qui vous plaît dans l’endroit où vous vivez actuellement ? Cette question permet de repérer ce qui fonctionne, de faire un état des ressources du territoire

2. A quelles activités aimez-vous participer ? Nous recensons ainsi les différents lieux créateurs de lien, noeuds du tissu social

3. Quelles activités supplémentaires souhaiteriez vous ? Elle permet à la fois de savoir ce qui permettrait de relier les gens et de savoir si la communication par rapport aux activités existantes est efficace

4. Que souhaiteriez-vous avoir de plus pour améliorer la qualité de vie ? Cette question permet d’aborder les problèmes et besoins selon une perspective constructive.

Des outils qui permettent d'aller à la rencontre des habitants 

Nous avons tous ce même problème, nous souhaitons faire participer des habitants mais ils ne répondent pas. Par manque de temps, d'engagement ?

Nous aimons utiliser la métaphore de l'auto-stoppeur sur une autoroute. Il est très difficile d'arrêter une voiture en stop sur une autoroute, alors que si on se positionne au bon endroit, derrière un rond-point par exemple, alors les chances d'avoir une voiture augmentent. C'est pareil avec les habitants d'une commune. Nous avons tous beaucoup de choses à faire, entre le travail, les courses, les enfants ou les loisirs, nous n'avons pas beaucoup de temps à consacrer. Mais si nous les interpellons chez eux, avec le moindre effort à fournir pour eux, nous aurons sans doute plus de résultat.

Nous avons réfléchi à comment réduire l'effort à fournir et vous proposons plusieurs outils qui permettent d'aller à la rencontre des habitants (et pas de les attendre). 

  • Porte à porte : dans le souci de laisser l'opportunité aux habitants de répondre à l'enquête Solucracy, nous proposons de coller sur la boite aux lettres ou sur la porte de chaque foyer, un flyer post-it (un recto qui décrit la démarche, un verso avec les 4 questions). L'objectif est de collecter une semaine après les flyers post-its et de toquer à la porte de ceux qui n'ont pas répondu. 

Si vous disposez de peu de volontaires, pour optimiser, le porte à porte est plus efficace le mercredi (quand les enfants ne sont pas à l’école) et le samedi. Par principe, nous avons évité le dimanche. Suivant la démographie et les habitudes des habitants, un démarchage en soirée peut fonctionner mais s’il fait nuit, qu’il pleut ou qu’il fait trop froid ou si vous tombez pendant le repas, les gens ouvriront rarement, ou ne seront pas pleinement disponibles pour vous répondre.

  • Micro trottoir : un autre moyen d'aller à la rencontre des habitants facilement. L'idée est d'abord d’identifier les points névralgiques du territoire : sortie des écoles, commerces, restaurants, bars, entreprises/sortie d’usine ou des points ponctuels comme un événement particulier (loto, fête des voisins, etc…).
  • Boîtes aux lettres : il est également possible de fabriquer de petites boites aux lettres pour collecter les besoins. Si vous les alimentez en formulaires et y attachez un stylo, il suffira de récolter le contenu de temps en temps. Elles peuvent être utiles à l’entrée d’un lotissement, ou près d’un bloc de boites aux lettres.
  • Formulaire web : il est possible d’utiliser un formulaire web comme Framaform, outil d'enquête digitale en open source.

Aller à la rencontre des habitants, c'est aussi leur donner l'opportunité de passer à l'action collective

Initier des rencontres, évoquer la démarche, facilite l'engagement des habitants. C'est par l'écoute, la discussion que certains habitants peuvent s'ouvrir, que certains freins peuvent être débloqués. C'est aussi par la flexibilité de la méthode, qui n'engage finalement pas tout de suite, que certains peuvent s'impliquer davantage pour la commune.

Une étape essentielle pour Solucracy : agréger les données collectées 

Une fois les données collectées, vous et votre équipe aurez déjà une bonne vision d’ensemble des besoins du territoire. Vous saurez quelles sont les forces du quartier, du village, de la commune et aussi les besoins des habitants pour être mieux qui reviennent le plus souvent.

Nous avons choisi de ne pas pré-catégoriser les besoins pour éviter d'orienter ou de faciliter les réponses. 

Il est essentiel de partager ces données pour démontrer la volonté de transparence de l'équipe Solucracy. 

1. Numériser les données : le plus simple est pour l’instant de saisir les données dans un tableur. Nous réfléchissons à d'autres moyens, plus rapides, de les compléter. Vous pourrez en trouver un avec les colonnes toutes prêtes ici

2. Catégoriser : chaque personne aura peut-être répondu plusieurs choses à chaque question. Il va donc falloir les séparer en plusieurs lignes, pour pouvoir les ranger correctement et établir des statistiques. Pour chaque ligne, vous pourrez ensuite définir des catégories comme la sécurité routière, l'économie d’énergie, la mobilité, la cantine et les assigner. Si vous comptez ensuite le nombre de fois où chaque catégorie apparait, vous obtiendrez des statistiques un peu plus faciles à lire.

A titre d’exemple, voici les documents générés lors du projet pilote à Léaz : Données collectées

L'étape finale : partager les besoins avec tous les habitants

Une fois les données triées, vous allez pouvoir préparer le rapport pour les habitants.

Ce rapport sera distribué à tous les habitants, il est donc important qu’il soit clair et bien structuré. Cette rubrique va nécessiter plus d’informations mais pour l’instant voici un exemple avec le rapport créé pour le projet à Léaz en 2018 : Rapport pour les habitants


A chaque étape, pensez à enrichir la méthode Solucracy

L'intérêt d'une méthode en open-source est de permettre à chacun d'expérimenter et d'enrichir les autres territoires avec ses expériences vécues. L'objectif est de créer une communauté Solucracy auto-apprenante, qui fait fructifier la méthode pour nourrir le bien commun. Pour chaque étape, vous pouvez créer un article et partager votre expérience sur la page "Projets". Nous proposerons à terme des rencontres avec les différents territoires pour amplifier les échanges et les rencontres.